De simples photos de la Corée du Sud éclairent les Grandes Galeries de Versailles

Au cours de ces quatre dernières années, le photographe sud-coréen Ahae, 72 ans, a pris jusqu’à 3 000 photographies numériques par jour d’une seule et même fenêtre du premier étage de sa maison, près de Séoul. Paisiblement, de l’aube au crépuscule, il a capturé des images de la nature : des couchers de soleil, des ondulations de l’eau, des chevreuils des marais cherchant de la nourriture et des bois saupoudrés de neige. À partir d’aujourd’hui, 200 images de grand et moyen formats provenant de ce projet photographique seront exposées pour la première fois à l’Orangerie du Château de Versailles, dans dix galeries linéaires.

L’année dernière, Ahae a présenté une sélection des mêmes séries dans un pavillon installé devant le Louvre, dans le Jardin des Tuileries, où Catherine Pégard, Présidente de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, a vu ses photographies pour la premières fois. Avec l’aide de Keith Yoo, le fils d’Ahae, qui gère les expositions de l’artiste, Mme Pégard a organisé l’exposition à l’Orangerie, à l’occasion de la célébration du 400ème anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre, l’architecte paysagiste visionnaire de Louis XIV qui a dessiné le parc de Versailles.

Ces images, encore jamais vues auparavant, ont été aménagées de manière à créer une représentation surréaliste d’une seule journée. La collection commence par une image sereine de chevreuils des marais qui, au petit matin, comme des sentinelles, invitent les visiteurs à observer le temps qui passe. De galerie en galerie, le soleil et les nuages se déplacent et les animaux sont représentés au fil des saisons dans le paysage statique d’Ahae. La limite qu’Ahae s’impose – l’espace de sa fenêtre ouverte – rend la réalité qu’il capture beaucoup plus vivante. À partir d’un point de vue statique, les mouvements imperceptibles de la nature interagissent entre eux au fil du temps, en formant une réalité lourde de sens. La candeur des sujets est d’autant plus accentuée par le cadre de l’exposition, soigné dans les moindres détails. C’est un contraste que les organisateurs de l’exposition, qui ont précédemment exposé dans le Palais des œuvres de Jeff Koons et de Takashi Murakami, se sont efforcés d’atteindre.

D’après Yoo, le travail d’Ahae peut être résumé en un simple message. « Mon père estime, en tant que naturaliste, que vous devriez ouvrir les yeux, regarder la nature autour de vous » explique-t-il, « et faire votre possible pour la protéger, pendant qu’il en est encore temps. »

«Fenêtre sur l’extraordinaire : Photographies de AHAE» est présentée à l’Orangerie du Château de Versailles du 25 juin au 9 septembre. Entrée libre.

Par Natalie Rinn
The New York Times Style Magazine 25 juin 2013

Back