L’INSTANT QUI SE CONFOND AVEC L’ÉTERNITÉ

Catherine Pégard / Présidente de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles

Je me souviens de ma première rencontre avec le fils de l’artiste coréen Ahae à l’occasion de l’inauguration qu’accueillait le Louvre, en 2012, dans le jardin des Tuileries, à l’invitation d’Henri Loyrette. M. Yoo parlait avec des mots simples et émerveillés du travail unique de son père qu’il s’est donné pour mission de faire découvrir aux hommes trop pressés pour s’arrêter aux mouvements incessants de la vie vus d’une seule fenêtre.

« L’extraordinaire dans l’ordinaire » a dit Henri Loyrette avec l’acuité des mots qui pendant douze ans a accompagné la force de ses choix, à la tête du Musée du Louvre.

D’une même fenêtre, Ahae, de l’aube au crépuscule, chaque jour de l’année, embrasse le monde et c’est l’infiniment petit qui fait la démesure du paysage qu’il nous révèle. Et ce sont de petits riens qui dessinent une fresque. Et c’est derrière la modestie du geste du photographe la sophistication extrême de la pensée du poète. L’instant qui se confond avec l’éternité.

J’ai convié, cette année, Ahae à présenter au château de Versailles une nouvelle série de ses photographies prises de la même fenêtre. La scénographie conçue à l’Orangerie par Guy Oliver nous donne à voir au fil des heures et des saisons la beauté insoupçonnée du monde d’Ahae : « l’extraordinaire dans l’ordinaire ». L’histoire veut que nous célébrions le 400e anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre. L’exposition d’Ahae s’inscrit, avec une forme d’ironie qui ne lui est pas étrangère, dans cette année que nous dédions au jardinier du Roi. Ahae en incarne, en somme, l’antithèse. Quand Le Nôtre discipline la nature et la modèle à l’œil du roi, Ahae se laisse conquérir indéfiniment par elle, dans tous ses états, illustrant, de l’autre côté du monde, à l’intérieur de sa chambre, les mots de Marcel Proust : « le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux ».
C’est à ce voyage que j’ai le plaisir de vous inviter. Je tiens à remercier Keith Yoo de l’avoir rendu possible. Magique.

Back